• I. LES DEBUTS DE L’ISLAM
    ( environ 10% du temps consacré à l’histoire)


    CONNAISSANCES
    Les musulmans sont abordés dans le contexte de la conquête et des premiers empires arabes, dans lequel la tradition islamique est écrite (VIIe - IXe siècle).
    Quelques uns des récits de la tradition (Coran…) sont étudiés comme fondements de l’islam.
    L’extension et la diversité religieuse et culturelle de l’Islam médiéval sont présentées au temps de l’empire omeyyade ou de l’empire abbasside.

    DEMARCHES
    L’étude commence par la contextualisation des débuts de l’islam. Elle est fondée sur des sources historiques, le récit d’un événement (la conquête de la Palestine—Syrie, de l’Égypte…) ou d’un personnage.
    Les textes (Coran, Hadiths et Sunna, Sîra) sont datés en relation avec ce contexte. Ils permettent d’aborder le personnage de Mahomet.
    L’étude est conduite à partir de la vie urbaine (à Damas, Cordoue, Bagdad…) et/ou de personnages (Moawwiya et Ali, Haroun el Rachid…). Elle comprend la présentation d’une mosquée. Elle débouche sur une carte qui situe le monde musulman médiéval par rapport à ses voisins.

    CAPACITES
    Connaître et utiliser les repères suivants
    - L’Hégire : 622
    - L’extension de l’islam à l’époque de l’empire omeyyade ou abbasside sur une carte du bassin méditerranéen
    Raconter et expliquer
    - Un épisode de l’expansion musulmane
    - Quelques épisodes de la tradition musulmane significatifs des croyances
    Décrire
    - Une mosquée (Médine, Damas, Cordoue…)
    - Une ville (Bagad, Damas, Cordoue…)

    L’étude commence par la contextualisation des débuts de l’islam. Elle est fondée sur des sources historiques, le récit d’un événement (la conquête de la Palestine—Syrie, de l’Égypte…) ou d’un personnage.

    L’étude est conduite à partir de la vie urbaine (à Damas, Cordoue, Bagdad…) et/ou de personnages (Moawwiya et Ali, Haroun el Rachid…). Elle comprend la présentation d’une mosquée. Elle débouche sur une carte qui situe le monde musulman médiéval par rapport à ses voisins.

     

    Introduction

    L’Arabie est une région aride. Le peuple Arabe n’était pas musulman avant l’arrivée de Mahomet.

    Islam : « Soumis à Dieu (Allah) » = religion musulmane (attention de ne pas confondre "Islam" (religion musulmane) et "Islamisme" (vision intégriste de cette religion)

    Il y a plusieurs façon de prénomer Mahomet.  (Mohammed ou encore Muhammad). En France l'orthographe Mahomet s'est imposée dans la langue française depuis longtemps (on appelait ainsi les muslmans des "Mahométans" au Moyen-Âge) 

    Partie I: Les débuts de l'Islam

    A: le monde arabe avant l'Islam

    L’Arabie vit du commerce avec  les autres royaumes (Byzantins, Inde, Chine, Carolingiens). C’est un peuple nomade*. Le peuple Arabe commerce à partir des oasis* en faisant des convois appelés caravanes*. 

     

     

     

    B: Mahomet et la naissance de l'Islam

      

    Mahomet et les prophètes qui, selon le Coran, sont des hommes désignés par Dieu pour transmettre le message.

    Les miniaturistes persans et turcs oseront représenter Mohammed à visage découvert

    (Manuscrit persan, Bibliothèque nationale, Paris)  

     

     

    Mahomet est un riche commerçant. Il ne sait pas lire et écrire.  D’après le Coran (livre sacré) il reçoit la révélation par l’Ange Gabriel.

    622 : L’Hégire, c’est le départ de Mahomet.  Il part de la Mecque vers Médine. C’est le début de l’ère musulmane.

     


    C: La conquête de la Syrie

     

    Textes de références

    Document 1

    Quand Héraclius1 massa ses troupes contre les musulmans et que les musulmans apprirent
    qu’elles avançaient pour le rencontrer à Yarmouk, les musulmans reversèrent aux
    habitants de Hims l’impôt qu’ils avaient reçu d’eux, en disant : « Nous sommes trop
    occupés pour vous secourir et vous protéger; veillez à votre propre sécurité ». Mais la
    population de Hims répliqua : « Nous préférons votre domination et votre justice à l’état
    d’oppression et de tyrannie dans laquelle nous vivions ».

    Al Balâdhuri, Histoire des conquêtes musulmans, fin du IXe siècle
    1. Empereur byzantin

    Document 2

    Abû’Ubayada [général arabo-musulman], quand il pénétra en Syrie, conclut la paix avec
    les habitants aux conditions que voici : leurs églises et synagogues seront respectées, mais
    ils n’en construiront pas de nouvelles; (...) ils édifieront à leurs frais les ponts franchissant
    les rivières; ils hébergeront pendant trois jours les musulmans passant chez eux; ils
    n’injurieront ni ne frapperont les musulmans; ils n’érigeront pas de croix dans un milieu
    musulman; ils allumeront des signaux pour servir aux combattants dans la voie d’Allah,
    ne feront point connaître les points faibles de notre territoire.

    Abû Yûsuf Ya’qûb, Le livre de l’impôt foncier, VIIIe siècle

    Document 3

    Le calife Omar1 garantit la sécurité aux habitants de Jérusalem pour eux-mêmes, leurs
    possessions, et tout ce qui concerne leur culte. Leurs églises ne seront pas transformées en
    habitations ni ne seront pas détruites. Ils ne seront point contraints en matière de religion.
    Il prend Dieu pour témoin. Il ne leur sera fait aucun mal à condition que chacun paie un
    impôt, la capitation.

    D’après Al-Tabarî, historien, Chronique, VIIIe siècle
    1. Calife de 634 à 644

     

    La conquête du monde Arabe est rapide. Elle est favorisée par le rejet de l'Empire Byzantin et une application tolérante (pour l'époque) de la religion.La liberté de culte est assurée (contre le versement d'un impôt).

     

    Partie II: La vie urbaine

     

     

    A : La mosquée, le lieu central de la vie urbaine

    C’est le lieu de culte des musulmans. Les mosquées sont construites avec les mêmes types de bâtiments (voir fiche). Même si certaines paraissent très différentes des autres

    Mosquée de Damas

    Mosquée de Cordoue


    La Grande mosquée des Omeyyades de Damas

     

    Présentation de la ville de Bagdad.

    On dit souvent que Bagdad fut fondée au VIIIe siècle, en 762, par le calife abbasside Abou-Djaafar Al-Mansur . Cependant, elle est certainement plus ancienne puisqu’elle est citée dans le Talmud, de 2 siècles antérieur. Après la prise du pouvoir par les Abbassides au détriment des Omeyyades de Damas en 750, la ville est choisie comme capitale du califat, mais a pour rivales dans cette fonction, d’abord Le Caire (avec la dynastie des Fatimides), puis Cordoue avec le nouveau califat des Omeyyades. Bagdad joue le rôle d’une des capitales de l’islam et le restera jusqu’à la moitié du XIIIe siècle.

    Le Bagdad des Abbassides est une ville ronde de quatre kilomètres de diamètre avec quatre portes. Elle est protégée par un fossé de vingt mètres de large et une double enceinte circulaire. Le palais, la mosquée et les casernes se trouvent au centre, tandis que la ville constitue un anneau entre les deux remparts. La ville avait un dôme vert, de 48,36 mètres de haut, construit sur le palais, dominant la ville. Ce dôme qui fit la gloire de Bagdad se serait effondré en 941 à cause de la foudre.  Elle était formée de deux grandes parties :

    1. La ville ronde d'al-Mansur sur la rive ouest du Tigre
    2. La ville fortifiée par Al-Mustazhir en 1095, à l'est. En 1221, le calife An-Nasir rénova les fortifications auxquelles il flanqua des bastions. Une seule porte est encore conservée : Bab al-Wastani dont la tour mesure 14,5 mètres de haut pour une circonférence de 56 mètres[5].

    Elle devient la plaque tournante du grand commerce :

    Le monde musulman importe également des esclaves (slaves, turcs, africains) et des matières premières (bois de construction, fer) et exporte des matières première (alun) et des produits de l’artisanat (tissus, objets de verre et de métal, entre autres).

    Certains historiens de la démographie considèrent Bagdad comme la première ville au monde à avoir atteint une population de un million d'habitants entre les VIIIe siècle et IXe siècle. On estime la population de l'ancienne « capitale » des Francs, Aix-la-Chapelle, à environ 10 000 habitants à la même époque.

     

     

    B: Le coran et l'application de ses obligations

    Tirer les informations d'un texte pour répondre à des questions. Définir le coran.

    Résumé:

    Le coran est le livre sacré des musulmans. Il a été écrit après la mort de Mahomet vers 650. Pour le musulman, le coran est un ensemble de révélations de Dieu.

    Il est réparti en 114 sourates divisées en versets.

    Histoire Partie I: Les débuts de l'Islam

     

    Les 5 piliers de l'Islam: (faire l'étoile à 5 branches)

    - La profession de foi ("Dieu est unique et Mahomet est son prophète")

    - Le jeune du ramadan

    - Le pèlerinage (voyage religieux à la Mecque)

    - L'aumône (partager)

    - Les 5 prières quotidiennes.


    Il existe aussi d'autres obligations pour les musulmans.

    Exemple, les interdits alimentaires (ne pas manger de porc), l’alcool, le jeu. Polygamie limitée (pas plus de 4 femmes).

    La religion musulmane est très contraignante. Il y a des codes à respecter. La religion est présente dans la vie quotidienne.

     

    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

    Précédent Pause Suivant

     
    • Plus de deux millions de musulmans se sont rassemblés dans la ferveur sur le mont Arafat, lundi 15 novembre, moment fort du pèlerinage annuel de La Mecque. AFP/MUSTAFA OZER

      Plus de deux millions de musulmans se sont rassemblés dans la ferveur sur le mont Arafat, lundi 15 novembre, moment fort du pèlerinage annuel de La Mecque.

     

    <script type="text/javascript"> $(function(){ $("#mia_portfolio_1440431").portfolio({"previousControl" : "#portfolio_1440431_prev", "nextControl" : "#portfolio_1440431_next", "pauseControl" : "#portfolio_1440431_pause", "pagination" : "#portfolio_1440431_pagination", "autoPlay" : true }); }); </script>

     

    C: Les grands personnages de l'Islam

    Moawwiya et Ali, Haroun el Rachid

    À la mort de Mahomet en 632, le premier calife est Abou Bakr (ou Abubéker) qui poursuit la conquête de la péninsule Arabique. À sa mort en 634, son premier ministre Omar lui succède. Celui-ci conquiert la Palestine, la Mésopotamie, l'Égypte et la Perse ; en 644, il est poignardé par un ancien esclave perse. Avant de mourir, il désigne un comité de six personnes qui devront choisir parmi eux le troisième calife. Ce sera Othman (644-656). Le quatrième calife est Ali (656-661). Ensuite le califat devient dynastique. La première de ces dynasties est celles des Omeyyades qui choisissent Damas comme capitale. Viennent ensuite celles des Abbassides, qui portent leur siège à Bagdad. Ceux-ci voient leur autorité contestée et la proclamation de califes concurrents (Fatimides au Caire, Omeyyades à Cordoue) si bien que dès le IXème siècle, à peine plus de deux cents ans après l'hégire, le monde musulman est divisé en trois califats indépendants.

    1. celui d'Orient, dont le siège fut d'abord à Médine au cours des trois premiers califats, ensuite à Koufa en Irak jusqu'à la mort d'Ali, puis à Damas sous la famille des Omeyyades, et à Bagdad sous celle des Abbassides ; il dura 626 ans (632-1258) ; califat unique à ses débuts, certains territoires s'affranchirent par la suite de son autorité en se constituant comme califats concurrents ;
    2. celui d'Égypte ou des Fatimides, qui fut fondé en 909 par Ubayd Allah al-Mahdi, descendant de Fatima, fille de Mahomet, et qui fut renversé en 1171 par Saladin.
    3. celui de Cordoue, issu d'un émirat fondé à Cordoue en 756 par Abdérame, de la famille des Omeyyades, et démembré en 1031;

    III Le rayonnement de l’Islam.

    A : Les conquêtes

    Carte de l’expansion de l’islam.


     

    Djihad : Guerre sainte.

    On promet le paradis aux combattants.

    Développement d’une armée puissante basée sur la cavalerie (donc rapide).

    L’islam se montre tolérant dans les pays conquis. On autorise la pratique de la religion contre le paiement d’un impôt.

     

    B La culture.

    Voir le texte des médecins francs et syriens.

    Les musulmans ont su récupérer les connaissances des romains, des byzantins, des indiens.

     

    -        Chimie, Géométrie, Algèbre…

     

    Les musulmans se montrent plus ouverts au domaine scientifique.

     

    C Le domaine commercial.

    Bagdad est considéré comme la ville parfaite. La ville est centrée sur la mosquée.

    Le monde musulman est très étendu. Il permet donc de commercer avec de nombreux pays (Chine, Inde, Empire Byzantin, Empire Carolingien…)

    Les infrastructures sont importantes :

    Grâce à sa position géographique et à sa force militaire, le monde musulman a pu dominer le commerce mondial.

     

     

    Conclusion finale.

    La religion musulmane est une religion originale qui va connaître un succès foudroyant. Cette religion est conquérante. Elle a des bases simples mais est très exigeante. Elle ne sépare pas le religieux de l’Etat. Cette civilisation s’est montrée brillante notamment lorsqu'elle s'est montrée ouverte et tolérante (ex Al-Andalous).

     

     

    Liens

    Les excellents cours de Marie Desmars

    5H1-Les débuts de l’islam-Word

    5H1-TD1-La conquête et les premiers empires arabes-Diaporama

    5H1-TD2-Les fondements de l’islam-Diaporama

    5H1-TD3-Bagdad capitale de l’empire musulman-Diaporama

    5H1-TD4-La mosquée de Damas-Diaporama


    48 commentaires
  • II - L’OCCIDENT FÉODAL, XIe - XVe siècle
    ( environ 10% du temps consacré à l’histoire)


    Thème 1 - PAYSANS ET SEIGNEURS

    CONNNAISSANCES
    La seigneurie est le cadre de l’étude des conditions de vie et de travail des communautés paysannes et de l’aristocratie foncière ainsi que de leurs relations.

    DÉMARCHES
    La France est le cadre privilégié de l’étude, située au moment où le village médiéval se met en place.

    L’étude est conduite à partir :
    - d’images tirées d’oeuvres d’art, d’hommes et de femmes dans les
    travaux paysans ;
    - de l’exemple d’une seigneurie réelle (et non de son schéma virtuel)
    avec le château fort, un village et son organisation ;
    - d’images ou des récits médiévaux au choix témoignant du mode
    de vie des hommes et des femmes de l’aristocratie.

    CAPACITÉS

    Connaître et utiliser les repères suivants
    − La naissance du village médiéval : Xe – XIe siècle
    − d’une seigneurie

    Décrire quelques aspects
    − d’un village médiéval,
    − du travail paysan au Moyen Âge,
    − du mode de vie noble.

     

     

     

     

     Répartition des taches dans la société médiévale.

     

    LEÇON I- Qui a le pouvoir dans la société féodale?

     

    A- Les liens entre les hommes

     

    - A partir du Xème siècle, et à cause de l'insécurité (guerres), les seigneurs* les plus faibles se mettent sous la protection des seigneurs les plus puissants : c'est la cérémonie de l'hommage.

     

    "Une scène d'hommage" 

     

     

    L’hommage vassalique

    « Le comte demanda au futur vassal s’il voulait devenir son homme sans réserve. Celui-ci répondit : « Je le veux ». Ses mains étant jointes dans celles du comte, ils s’allièrent par un baiser. Puis le vassal dit : « Je promets en ma foi d’être fidèle à partir de cet instant au comte Guillaume et de lui garder contre tous et entièrement mon hommage, de bonne foi et sans tromperie. » Il jura cela sur la relique des saints. Ensuite, le comte lui donna l’investiture. »

    D’après Galbert de Bruges, XIIè siècle.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    B- Un système hiérarchisé et complexe

     

    Les devoirs du vassal envers son seigneur

    « Celui qui jure fidélité à son seigneur doit avoir toujours les six mots suivants présents à la mémoire. Sain et sauf afin qu’il ne cause pas de dommage à la force de son seigneur. Sûr afin qu’il ne nuise pas à son seigneur en livrant son secret ou ses châteaux forts…

    Honnête afin qu’il ne porte pas atteinte aux droits de justice de son seigneur. Utile afin qu’il ne fasse pas de tort aux possessions de son seigneur. Facile et possible afin qu’il ne rende pas difficile à son seigneur le bien que celui-ci pourrait facilement faire et afin qu’il ne rende pas impossible ce qui eût été possible à son seigneur. C’est justice que le vassal s’abstienne de nuire ainsi à son seigneur. »

    Ganshof

     

    Les devoirs du vassal envers son seigneur 

    Le contrat peut se résumer à l'auxilium, c'est-à-dire l'aide, et au consilium, le conseil (et non "concilium").

    Les devoirs du vassal envers son seigneur sont d'abord des interdictions : le vassal ne doit pas nuire à son seigneur, à sa famille et à ses biens.

    Le vassal doit l'aide militaire à son seigneur : lorsque celui-ci est attaqué, le vassal doit venir avec ses armes pour le défendre. Le vassal est aussi chargé de la garde du château (estage) et de l'escorte de son seigneur. Quand le seigneur attaque un autre, le service militaire (ost)ou (host) est limité à 40 jours. Mais le vassal reste évidemment aux côtés de son seigneur si le conflit dépasse cette durée. Il sera dédommagé en argent au-delà de 40 jours de combat.

    Le vassal doit aussi assurer une aide financière : l'aide aux 4 cas le vassal doit donner de l'argent ou des cadeaux à son seigneur lorsqu'il marie sa fille aînée, lorsqu'il adoube son fils aîné, lorsqu'il part à la croisade et lorsqu'il est fait prisonnier et qu'il doit une rançon.

    Enfin, le vassal est astreint à fournir des conseils à la demande de son seigneur : il doit participer aux assemblées féodales, aux cours de justice du seigneur ainsi qu'aux fêtes liturgiques. L'ensemble des vassaux d'un seigneur est ainsi soudé par ces temps forts.

    Les devoirs du seigneur envers son vassal 

    Les dépenses du vassal sont donc considérables : il doit acheter et entretenir un cheval et des armes ; il doit pouvoir se nourrir et assurer un certain genre de vie. C'est pour répondre à ces exigences que le seigneur doit donner un fief à son vassal. Ce fief est en général une terre qui rapporte des revenus au vassal (redevances). Le fief est pris sur les terres ou les revenus du seigneur.

    Le seigneur doit également protéger son vassal contre ses ennemis et lui rendre bonne justice.

    Le roi est le seul à n'être le vassal de personne. Il est à la tête de la pyramide vassalique, mais bien souvent il n'est pas obéit des grands seigneurs qui restent indépendants.

    LEÇON II- Comment vivent les chevaliers?

    A- Le château : un lieu fréquenté par les chevaliers


    cliquez pour agrandir.

     

     

     

    B- Le chevalier est un homme d'armes

     

     

     

      

    L'équipement du chevalier 

     La défense du château: La bricole

     

     

    C- Le chevalier possède un mode de vie exigeant.

    La cérémonie de l'adoubement

    Enluminure du XIIIe siècle, tirée de la Chanson de Roland. Charlemagne
    offre son épée à Roland qui est béni par l'évêque

    Au Moyen Âge, l'adoubement était une cérémonie officielle à laquelle de nombreux nobles assistaient et qui consistait à consacrer un homme comme chevalier du roi. Tout homme de bonne naissance, autrement dit riche et descendant de suzerains, après avoir été page puis écuyer pouvait devenir chevalier. Pour ce faire, le père de l'enfant le confiait à une personne de confiance, un ami, ou un membre de sa famille qui devenait son parrain dès que l'enfant avait atteint l'âge de sept ans. Il fallait que le père ait une confiance absolue en cette personne, le parrain, pour lui confier son enfant, car celui-ci devrait passer ses plus jeunes années sous sa garde et être élevé par lui.

     


    Jean II adoubant des chevaliers, enluminure des XIVe / XVe siècle, BNF

    A partir de ce moment, le jeune chevalier devra se montrer physiquement fort, mais aussi avoir des valeurs ...................... comme le respect de la parole donnée aux seigneurs. En dehors des occupations ............................. (guerre, chasse ou tournois), le chevalier peut aussi se détendre et se cultiver en écoutant des chansons de geste (textes chantés qui racontent des exploits chevaleresques) dans les ...............................".

     

     

    LEÇON III- Que deviennent les villes au Moyen-Age?

     

    A- A quoi ressemblent les villes du Moyen-Age?

     

    - Troyes (en Champagne) est une ville qui a connu une forte croissance au XIIème siècle. Elle peut donner les grands traits de la ville médiévale.

     

     

    Q1- Quel est l'aspect des villes extérieures du Moyen-Age?

    (Remparts, portes fermées, surveillance des gardes, derrière les remparts se situent les faubourgs...).

     

     

    Q2- Quel est l'aspect des rues?

    (Pavées, étroites, sombres...).

     

    Q3- Quel est l'aspect des maisons?

    (Boutiques au rez-de-chaussée, construction en bois et torchis, colombage, encorbellement...)

     

    Q4- Quels sont les bâtiments importants et leur rôle?

    (Eglise, Hôtel-Dieu, Beffroi, halles...).

     

    Q5- Quels problèmes pouvaient alors se poser?

    (incendies, hygiène, encombrements, insécurité...).

     

     Au Moyen-Age, les gens sont propres mais la notion d’hygiène n’existe pas. Dans les villes, les déchets et les excréments sont évacués par une rigole au milieu de la rue. Dans les villages, les tas de fumier sont sous les fenêtres ( les mauvaises odeurs et les germes se propagent dans la maison ) ou à côté d’un puits qui, par infiltration, se trouve contaminé. Les rivières servent à la fois de source d’eau et d’égout, ce qui facilite la propagation des maladies.

    B- Pourquoi une croissance urbaine au Moyen-Age?

     

     

    "Routes et foyers du commerce"

     

    -Toutes les villes ne se développent pas de manière identique. Celles situées sur la route des foires* de l'Est (Bruges, Troyes...) sont particulièrement favorisées grâce aux richesses échangées.

     

    C- Les nouvelles sociétés dans ces villes: le cas de Bruges

     

    - Artisans et commerçants portent le nom de bourgeois (celui qui habite un bourg). Ils imitent les nobles grâce à leurs revenus, mais travaillent beaucoup plus.

     

    - L'ensemble des artisans est strictement organisé en corporation* qui fixe les règlements du métier.

     

    LEÇON IV- Le monde paysan est-il plus vulnérable face aux crises?

     

    A- Une vie rurale difficile

     

    "Les travaux agricoles"

    Au Moyen-Age, les paysans représentaient près de neuf habitants sur dix. Ils se regroupent dans de petits villages entourés de champs puis de landes.

     

    Le travail est pénible, et les rendements sont faibles, voire tout juste suffisants pour vivre. L'entraide villageoise est cependant là pour supporter la dureté de l'existence.

     

    B- Les crises des XIVème et XVème siècles

     

    Pendant les famines*, qui ont pour causes le climat trop froid et une population de plus en plus nombreuse, les campagnes semblent mieux s'en sortir que les villes qui ne sont plus ravitaillées.

     

    "La terrible peste noire de 1348"

     

    Allégorie de la Peste, miniature du XVème siècle.

     

    Flagellants, miniature du XVème siècle

    La peste entraîne presque toujours la mort, et est perçue comme étant une punition de Dieu.

     On estime qu’elle tua 25 millions d’européens, soit la moitié de la population.

    Famines, pestes et guerres entraînent un effondrement de la population de l'Europe qui diminue de 30% en un siècle...Au Moyen-Age, l’alimentation est un problème grave. Les riches mangent en général trop, et surtout trop de viande ( d’où problème de goutte ). Mais la majorité de la population ne mange pas à sa faim. Les paysans souffrent de nombreuses carences : ils se nourrissent du produit de leurs champs et de quelques oeufs ( presque jamais de viande ). Il suffit d’une année de mauvaise récolte ( guerre, intempéries, maladie du bé...) pour que la famine s’installe favorisant les épidémies.

     

    Fiche de synthèse

    A LA FIN DE CE CHAPITRE, JE SUIS CAPABLE ...

     

    1- De dire qui sont les hommes les plus puissants dans la société féodale.

    2- D'expliquer à quoi sert la cérémonie de l'hommage et ce qu'elle implique.

    3- De rédiger un petit paragraphe sur les chevaliers.

    4- De dire pourquoi les villes se sont autant développées vers le XIème siècle.

    5- De faire une comparaison entre la vie dans les campagnes et en ville (les difficultés...).

     

     

    Liens

    - Vivre au Moyen-Age

     

     

     

     

    Fichier Description Taille de fichier
    Le château de Blois au Moyen Age Fichier PowerPoint 3281 Kb

     

     


     


    16 commentaires
  • Thème 2 - FEODAUX, SOUVERAINS, PREMIERS ÉTATS


    CONNAISSANCES
    L’organisation féodale (liens « d’homme à homme », fief, vassal et suzerain) et l’émergence de l’État en France qui
    s’impose progressivement comme une autorité souveraine et sacrée.

    DÉMARCHES
    La France est le cadre privilégié de l’étude. Celle-ci est conduite à partir d’exemples au choix :
    - de personnages significatifs de la construction de l’État en France : Philippe Auguste, Blanche de Castille, Philippe IV le Bel et Guillaume de Nogaret, Charles VII et Jeanne d’Arc, Louis XI…),
    ou
    - d’événements significatifs de l’affirmation de l’État (la bataille de Bouvines, le procès des Templiers, le sacre de Charles VII…). A la fin de l’étude, les élèves découvrent une carte des principales monarchies de l’Europe à la fin du XVe siècle.

    CAPACITÉS
    Connaître et utiliser les repères suivants :
    − Un événement significatif de l’affirmation de l’État en France
    − Une carte de l’évolution du domaine royal et des pouvoirs du roi en France, Xe - XVe siècle
    Décrire et expliquer le système féodal comme organisation de l’aristocratie, puis comme instrument du pouvoir royal

     


     

    Introduction :

    Extension du domaine royal

     

    • Généalogie royale  : Il y a une rupture dans la généalogie. Les Capet se succèdent en ligne directe jusqu’en 1328. Ensuite, ça se complique.

      

    I : Le pouvoir du roi

    A Pourquoi le roi a-t-il le pouvoir ?

    Le roi a le pouvoir car il est choisi par Dieu. Il est sacré à Reims (comme Clovis 496) avec une huile sainte (il est oint). Pour être roi il faut réunir ces conditions. De plus, il faut être enterré à la basilique de St Denis.

    Gisant de Henri II et de Catherine de Médicis.

    On considère que le roi à des pouvoirs spéciaux (pouvoir de guérison). Il peut aussi donner la justice.

    Le roi dirige ses vassaux (comtes, ducs, seigneurs…) Pour avoir plus de pouvoir le roi doit étendre son domaine royal.

     

    B Les problèmes de succession

    - Philippe IV le bel a 4 enfants : 3 garçons qui meurent sans descendance et 1 fille.

    2 choix s’offrent à la couronne de France :

    - Le fils d’Isabelle : Edouard III d’Angleterre

    - Le cousin (fils de Charles) : Philippe puis Charles. 

     

    
    

    Cliquez pour agrandir. 

     

    De plus le roi d’Angleterre à de nombreuses terres sur le domaine royal Français.

     

    C La guerre de Cent Ans (1337-1453) 

    La France au début de la guerre. 

     

    La guerre de Cent Ans va bouleverser le mode de vie des habitants. Les pillages sont nombreux, les paysans se révoltent (insécurité, création de la gabelle…)

     

    Règne de Charles VI le fol (1380-1422).

    1346 : Armée française détruite à Crécy. La stratégie est catastrophique. Chevalerie anéantie. Plus Charles VI règne, plus il est fou. Le royaume s’affaiblit.

    Chroniques de Jean Froissard

     

    1420 : Traité de Troyes. La France doit être donnée au roi d’Angleterre à la mort de Charles VI. Mais en 1422 l’héritier du  trône d’Angleterre n’a qu’un an.

    Histoire Partie II: Thème 2 Féodaux, souverains, premiers etats

    Couronnement d'Henry VI à Paris en 1431.

     

    II Jeanne et le gentil dauphin.

    A Un dauphin sans royaume

      

    A la mort de Charles VI, Charles VII réclame le trône mais il ne peut pas être sacré car il ne possède pas Reims.

    Jeanne d’Arc dit avoir entendu des voix pour chasser les Anglais du territoire français et sacrer le roi à Reims. Elle part donc rejoindre le roi à Chinon. Le roi lui confie une partie de son armée. Elle gagne la bataille de Poitiers. Jeanne ne sait pas combattre mais elle a une réelle influence sur les batailles.

     

    B la reconquête du pouvoir

    Les choix de Jeanne paraissent surprenants quand on ne comprend pas la logique de Jeanne. Elle est persuadée d’être guidée par Dieu. Ses choix ne sont pas militaires mais spirituels. Ainsi elle va partir vers Reims et non vers Paris par exemple.

           

     http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a6/View_of_Orl%C3%A9ans_1428_-_Project_Gutenberg_etext_19488.jpg

      Orléans en 1428

      

     

    Le siège d'Orléans     

    Carte du siège d’Orléans.

    Une fois le roi sacré à Reims en 1429, elle doute pour la première fois. Elle est blessée à Compiègne puis faîte prisonnière par les Bourguignons et revendue aux Anglais.

    Sacre de Charles VII

     

    C Le procès de Jeanne

     

    Les Anglais cherchent un motif pour la faire brûler :

    • Ils l’accusent d’avoir tué. -> Echec.
    • Ils l’accusent d’hérésie (croire dans un mauvais Dieu) -> Echec.
    • On l’accuse de se travestir en homme.  Elle devait porter des tenues militaires -> Echec.
    • On l’accuse de ne plus être vierge 

    ->Echec.

     

    Elle se fait finalement piéger par les Anglais. Elle doit reconnaître des fautes. Elle est condamnée à brûler sur le bûcher.

     

    Conclusion Finale

    Jeanne meurt en 1431. Charles VII meurt en 1461. Il a reconquit tout le territoire national (Calais est repris en 1453). Seules Jersey et Guernesey restent Anglaises.

    Louis XI va continuer d’affirmer le pouvoir royal. Il utilisera tous les procédés (mariage, alliances, poison, guerres…)

    Cette période est une période de mutation :

    • 1450 : Imprimerie par Gutenberg.
    • 1492 : « Découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb.
    • 1515 : Avènement de François Ier, guerres d’Italie (1515 : Marignan)

     

    La période qui suit est radicalement différente (même si elle se situe dans la continuité), c’est la renaissance.

    France en 1477

    Cliquez sur la carte  pour agrandir.


    17 commentaires
  • Thème 2 - L’ÉMERGENCE DU « ROI ABSOLU »

    CONNAISSANCES
    La monarchie française subit une éclipse dans le contexte des conflits religieux du XVIe siècle, à l’issue desquels l’État royal finit par s’affirmer comme seul capable d’imposer la paix civile (1598). Les rois revendiquent alors un « pouvoir absolu » qui atteint son apogée avec Louis XIV et se met en scène à Versailles.

    DÉMARCHES
    L’étude qui est conduite à partir d’exemples au choix:
    - de la vie et l’action d’un souverain
    - d’un événement significatif
    Le château de Versailles et la cour sous Louis XIV, et une oeuvre littéraire ou artistique de son règne au choix sont étudiés pour donner quelques images du « roi absolu » et de son rôle dans l’État.

    CAPACITÉS
    Connaître et utiliser les repères suivants
    − L’Édit de Nantes, 1598
    − L’évolution des limites du royaume, du début du XVIe siècle à 1715
    − 1661-1715 : le règne personnel de Louis XIV
    Raconter une journée de Louis XIV à Versailles révélatrice du pouvoir du roi.

     

    Problématique :

    Comprendre comment un roi tient le pouvoir en sa seule personne, et quels sont les modes de vie des populations françaises aux XVII° XVIII° siècles.  

     

    Introduction : Au XVIe siècle, le royaume s’agrandit et l’autorité du roi se renforce pour devenir absolu. Pourtant le royaume est déchiré par les guerres de religions entre catholiques et protestants.
    Ces tensions religieuses vont elles remettre en cause la construction du royaume ?


    I) L’autorité royale se renforce.

    A) Le royaume s’agrandi.
    Au XVe siècle, le domaine royal s’est encore agrandi. Louis XI (1461-1483) conquiert la Picardie en 1477, la Provence en 1481, le Maine et l’Anjou en 1481 ainsi que la Bourgogne en 1483.


    Cliquez pour agrandir


    François 1 er (1515-1547) va rattacher au royaume, la Bretagne, la Saintonge, le bourbonnais et l’Auvergne. Henri IV(1589-1610) va apporter le Béarn, le Limousin et le Rouergue.


    Les rois ont aussi des ambitions extérieures. (l’Italie de 1494 à 1515). Mais elles se heurtent à celles de l’empereur Charles quint. En 1534, jacques Cartier colonise Québec pour le compte de François 1 er.

    B) Le roi: vers un pouvoir absolu.
    Les rois renforcent leur administration qui devient centralisé :
    A paris, le roi s’entoure de son conseil ou siègent le chancelier (ministre de la justice) , le connétable (armée) ainsi que quatre secrétaire d’états qui sont directement nommé et révoqué par le roi.
    Dans les provinces, le roi utilisent des fonctionnaires (officiers) qui ne sont pas nommés par le roi, mais qui lui achètent leur charge ou office. Ils sont contrôlés par des commissaires du roi.
    Le roi s’entoure d’une cour, ce qui lui permet de contrôler la noblesse attiré par les honneurs (commandements militaires, les pensions) que le roi offre. Les arts de la renaissance sont utilisés pour renforcer le prestige du prince (ex : château de la Loire).
    Les villes perdent leurs libertés acquises au moyen age, et les états généraux ne sont plus convoqués.
    En 1516, le concordat signé avec le pape, donne à François 1 er droit de nommer les évêques.
    Il harmonise les coutumes du royaume : en 1539, l’ordonnance de Villers-Cotterêts rend obligatoire l’utilisation de la langue française dans les actes officiels, et oblige les prêtres à tenir des registres de baptême, mariage et sépulture.


    II) Le royaume en crise.
    A) Le problème protestant.
    Les protestants français (huguenots) sont deux millions, soit 10% de la population. Ils sont surtout présent dans le sud de la France. Certains grands seigneurs proches du roi sont protestants (Amiral de Coligny). Les catholiques s’inquiètent de cette situation. De 1562-1598, une guerre civile va opposer catholiques et protestants.

    B) Les guerres de religions.
    Le 24 Août 1572, à l’occasion du mariage de Henri de Navarre et de Marguerite de Valois, le roi Henri II influencé par sa mère Catherine de Médicis, laisse s’organiser le massacre de la saint Barthélémy, dans le but d’éliminer les chefs protestants. Ce massacre fait plus de 3000 morts parmi les protestants.


    En 1589, Henri III est assassiné. Il n’a pas de descendance. Son plus proche parent est Henri de Navarre, mais il est protestant. Les catholiques dirigés par le famille Guise constituent une ligue (conjuration) pour empêcher Henri d’accéder au trône. Mais en 1593, Henri se converti au catholicisme, restaure l’unité du royaume et devient Henri IV. En 1598, il signe l’Edit de Nantes qui autorise le culte protestant dans certaines villes.

     

    Conclusion : Henri IV réussit à apaiser les tensions

     


    III) Louis XIV et les fastes de Versailles
    A) Un roi, une foi, une loi

    Une monarchie absolue de droit divin

    - un roi, une foi

    - un roi, une loi

    - un roi au ceur des conflits européens

    B) Le pouvoir mis en scène


    le Roi Soleil
    -un palais somptueux dont l'organisation place le roi au centre et en fait un modèle pour l'Europe

    Etude d'une journée de Louis XIV

    Etude d'une scène de "Beaumarchais l'insolent'


    michel serrault beaumarchais l'insolent
    envoyé par fandor91. - Les dernières bandes annonces en ligne.

     

     

    C) La remise en cause de la monarchie absolue.

     

    Des secousses venant de l'étranger
    Angleterre, Etats-Unis d'Amérique

    Les philosophes des Lumières


    votre commentaire
  • II - DES SOCIÉTÉS INÉGALEMENT DÉVELOPPÉES
    ( environ 35% du temps consacré à la géographie )
    On traitera seulement deux des trois premiers thèmes.
    Le thème 4 est obligatoire.


    Thème 1 - DES INÉGALITÉS DEVANT LA SANTÉ


    CONNAISSANCES
    Santé et développement
    L’amélioration de la santé au niveau mondial coexiste avec des
    inégalités sanitaires à toutes les échelles qui sont mises en relation avec les inégalités de développement.

    DÉMARCHES
    Une étude de cas au choix :
    − une pandémie et sa diffusion dans le monde ;
    − les infrastructures sanitaires dans un pays développé et dans
    un pays pauvre.
    Cette étude débouche sur le constat des inégalités sanitaires dans le monde.


    CAPACITÉS
    Localiser et situer les deux pays dont les infrastructures sanitaires ont été étudiées
    Décrire :
    - la pandémie étudiée,
    - les principales inégalités dans l’accès aux soins à partir de planisphères thématiques (vaccination, nombre de médecins…)
    Lire et décrire des planisphères de l’espérance de vie, de la mortalité infantile, de la pandémie

     

    L’objectif  est de comparer les niveaux de vie entre les pays riches (souvent au Nord) et les pays pauvres (souvent au Sud).

     

    I Les inégalités devant la santé

    Comparatif entre le Sierra Leone et le Japon

     

    Sierra Leone

    Japon

    - Naissance dans un milieu hostile (hygiène, soins, accompagnement…)

    - Enfance : Milieu de vie, hygiène, alimentation, soins (vaccins, pas de médecin…)

    - Adolescence : Grossesses précoces (14-18 ans). Pas de scolarité, difficulté à alimenter ses enfants.

    - Age adulte : Vie limitée. Maladies très répandues (SIDA).

    - Vieillesse inexistante.

    - Naissance dans un milieu sécurisé, accompagnement, échographies.

    - Enfance : Scolarité, vaccins obligatoire, suivi médical.

    - Adolescence : Scolarité tardive. Age du premier enfant retardé (30 ans).

    - Age adulte : Possibilité d’avoir un travail qualifié. Un meilleur niveau  de vie.

    - Vieillesse : Possibilité d’être autonome longtemps et d’être soigné.      

     


     

     

    Nombre de médecins par habitant:

      

     

     

     

    Conclusion

    Les inégalités devant la santé sont très importantes. Il y a une fracture entre les pays riches (Nord) et les pays pauvres (le Sud). Ces inégalités ont tendance à être de plus en plus importantes.

    Ces inégalités se cumulent et sont aggravées par d’autres : L’accès à la scolarité, l’alphabétisation…


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique